Image d'un jour / Picture for a day

 

Vladimir Velickovic - « Blessure Fig II »



Vladimir Velickovic

« Blessure Fig II »

Huile sur toile – 1993/94 - 210 x 150 cm

Signature et date au dos.

Provenance : atelier de l'artiste

Oil on canvas – 1993/94 – 210 x 150 cm

Signature and date on the reverse

Origin : artist's studio


Le mot du marchand :

Cette œuvre a été commencée au mois de septembre 1993. Vladimir Velickovic en a réalisé une ébauche approfondie en deux semaines, puis la reprise plusieurs fois à intervalles divers pour enfin la signer en mars 1994. « Blessure FigII » reprend et développe un élément d’un tableau quadripartite de 1993 intitulé «1992 FigIII». Elle s’inscrit dans une série de 5 tableaux nommés de FigI à FigV, eux mêmes inscrits dans la série plus large des « Blessure », série qui a vu le jour en 1991 et que l’artiste a interrompu en 2001. Caractéristique de la période postérieure à 1989 elle est peinte sur la partie écrue de la toile, la partie apprêtée blanche de cette dernière se trouvant au dos. Les éléments iconographiques récurrents de la série y sont figurés tels la ligne blanche sur laquelle gît le corps et l’étiquette de morgue attachée à son poignet. On peut aussi noter la crispation de la main gauche du corps, élément graphique abondamment développé au travers de la série «Grünewald». Le fond est uni, noir. Rien ne vient distraire l’œil qui n’a d’autre choix que de constater la seule crudité des faits. Assez inhabituellement le cadavre est lié et habillé, ôtant ainsi toute interprétation métaphysique ou allégorique. Nous sommes ici en présence d’un acte commis par des humains, un crime délibéré dont les auteurs n’ont cherché ni à masquer la brutalité ni à dissimuler les traces. Le visage mutilé du personnage tourné vers le spectateur semble simplement le prendre pour témoin. Rien de plus n’est dit et c’est à l’imagination de l’observateur qu’est confié de reconstruire la lugubre scénographie antécédente. Cette toile est très particulière dans l’œuvre de l’artiste au sens où, à notre connaissance, elle est la seule où le cadavre porte un linge, la seule où les mains du cadavre sont liées dans le dos et aussi la seule où la tête, non détachée du corps et relativement bien matérialisée, est tournée vers le spectateur.

 

« Blessure FigII » est référencée dans les catalogues des expositions

Vladimir Velickovic – Œuvres / Opere 1973-1996 – Institut Français de Naples

Vladimir Velickovic – Barbarie di guerra, pulsioni di morte – Palazzo Magnani

Vladimir Velickovic - Les Versants du Silence - Les Abattoirs de Toulouse

 

« Blessure FigII » est également référencée dans le livre récaptitulatif

Vladimir Velickovic - Peinture 1954 > 2013 - Gourcuff-Gradenigo

Word of the merchant :

This work was started in September 1993. Vladimir Velickovic made a thorough draft in two weeks, then resumed it several times at various intervals to finally sign it in March 1994. "Blessure FigII" takes back and develops an element of a quadripartite painting of 1993 entitled "1992 FigIII". It is part of a series of 5 paintings named FigI to FigV, themselves inscribed in the wider series of "Blessure", a series that began in 1991 and that the artist interrupted in 2001. Characteristic of a later period than 1989 it is painted on the raw part of the canvas, the white primed part of it being on the reverse. The recurring iconographic elements of the series are depicted such as the white line on which lies the body and the morgue label attached to his wrist. We can also note the twitching of the body's left hand, graphic element abundantly developed through the series "Grünewald". The background is plain, black. Nothing distracts the eye which has no choice but to see the rawness of the facts. Quite unusually the corpse is bound and dressed, thus removing any metaphysical or allegorical interpretation. We are here in the presence of an act committed by humans, a deliberate crime whose authors have sought neither to hide the brutality nor to cover up the traces. The character's mutilated face is turned towards the spectator and seems to simply take him for a witness. Nothing more is said and it is to the observer's imagination that is entrusted to rebuild the gloomy previous scenography. This painting is very particular in the work of the artist in the sense that, to our knowledge, it is the only one where the corpse wears a cloth, the only one where the corpse hands are bound in the back and also the only one where the head, not detached from the body and relatively well materialized, is turned towards the spectator.

 

"Blessure FigII" is referenced in the exhibition catalogs

Vladimir Velickovic – Œuvres / Opere 1973-1996 – Institut Français de Naples

Vladimir Velickovic – Barbarie di guerra, pulsioni di morte – Palazzo Magnani

Vladimir Velickovic - Les Versants du Silence - Les Abattoirs de Toulouse

 

"Blessure FigII" is also referenced in the recapitulatif book

Vladimir Velickovic - Peinture 1954 > 2013 - Gourcuff-Gradenigo

 


Le mot des propriétaires :

Nous avons ici deux anecdotes à raconter et un point de vue à donner au sujet de ce tableau.

Première anecdote. Lors de l’achat les deux acquéreurs n’étaient pas du même avis, non quant à la qualité de l’œuvre, mais sur la pertinence d’exposer dans leur salon l’image d’un cadavre. Quelques années plus tard le « Musée des Abattoirs » de Toulouse demanda à l’emprunter pour l’exposition rétrospective qu’il organisait sur le travail de Vladimir Velickovic. « Blessure Fig II » quitta donc son salon et quelle ne fut pas la surprise du plus convaincu des deux propriétaires de constater que le plus sceptique de l’époque comptait les jours restant à courir pour son retour. Comme quoi le sujet masque souvent la peinture et il faut laisser au regardeur un certain temps avant que ce même sujet ne s’efface au profit de la peinture. Seconde anecdote : Vladimir Velickovic nous a vendu ce tableau il y a maintenant fort longtemps et nous n’en connaissons toujours pas les motifs car a priori il était destiné à rester dans sa collection personnelle. Peut-être le fait qu’il ait senti un réel engouement de notre part pour cette œuvre. Quoi qu’il en soit, depuis, à chaque fois que nous rencontrons son épouse et gardienne du temple, celle-ci nous fait remarquer que nous détenons un tableau que son mari n’aurait jamais du vendre s’il l’avait écoutée. Pour la taquiner nous renchérissons en lui assurant que pour nous il s’agit d’un des meilleurs tableaux de son époux et peut-être même son meilleur. Ce qu’avec le temps nous ne sommes pas loin de penser comme la vérité vraie. En effet nous considérons que « Blessure Fig II » fait partie de ces tableaux qui incarne la guerre au plus près. Au même titre que le « Tres de Mayo » de Francisco Goya, le « Guernica » de Pablo Picasso, le « De toutes les couleurs, peinture d’histoire » de Gérard Fromanger. Mais quand ceux-ci parlent de l’extrême violence d’une répression punitive, de l’indicible chaos lié à un bombardement, de la sophistication abstraite de la guerre par armes commandées électroniquement, Velickovic montre l’élimination sommaire et anonyme des gêneurs par de quelconques milices ou escadrons de la mort. Une guerre d’aujourd’hui où les diverses factions ne revêtent plus de battle-dress mais s’entre-tuent en baskets et T-shirts. Tout lyrisme, tout romantisme, tout héroïsme évacués, seul demeure le sordide de ces nouveaux types de combat.

Word of the owners :

Here we have two anecdotes to tell and one point of view to give about this painting. First anecdote. When buying the two purchasers were not the same opinion, not as for the quality of the work, but as for the relevance of the exhibition in their living room of a corpse image. A few years later, the "Musée des Abattoirs" of Toulouse asked to borrow it as part of a retrospective exhibition it was organizing about the work of Vladimir Velickovic. "Blessure Fig II" therefore left its living room and what a great surprise for the one of the two owners who had been the most convinced to discover that the most skeptic one at the time counted the remaining days for its return. Which proves that the subject often masks the painting and it is necessary to leave to the glance a certain time before this same subject is erased in favor of the painting. Second anecdote: Vladimir Velickovic sold us this painting a long time ago and we still do not know the reasons for what, because it was a priori destined to stay in his personal collection. Maybe it was for the fact he had really felt our craze for this artwork. Be that as it may, since then, each time we have met his wife and keeper of the flame, this one made to us the remark that we owned a painting her husband should have never sold if he had listened to her. To tease her we go further saying her that for us it is one of the best of her husband's paintings and even maybe the best one. Which with the time we are not far from thinking it's the real truth. Indeed we consider that "Blessure Fig II" is part of these paintings wich embody the war the more closely. In the same way as Francisco Goya's "Tres de Mayo", Pablo Picasso's "Guernica", Gérard Fromanger's "De toutes les couleurs, peinture d'histoire". But when these ones tell about the extreme violence of a punitive repression, about the indescribable chaos of bombing, about the abstract sophistication of war by electronically controlled weapons, Velickovic shows the summary and anonymous elimination of intruders by any militias or death squads. A war of today where the various factions no longer wear battle suits but kill one another clothed with athletic shoes and t-shirts. All kind of lyricism, all kind of romanticism, all kind of heroism being evacuated, only remains the sordid of these new types of combat.

 



 

Intérêt d'achat / Purchase interest

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.


 

  GALERIE ANNA-TSCHOPP

  197, rue Paradis

  13006 Marseille

  +33 (0)7 60 69 19 55

  atschopp197@gmail.com

 

 

  Heures d'ouverture

  Jeudi, Vendredi, Samedi

  de 11h00 à 19h00

  Tous les jours sur rendez-vous

  Opening hours

  Thusday, Friday, Saturday

  from 11:00 to 19:00

  Every day by appointment