Image d'un jour / Picture for a day


Denis Chetboune

« La table »

Bronze – Pièce unique Fonte «Barthélémy» - 2013 - 54 cm de haut)

Signature « CHETBOUNE » et inscription P.U. (Pièce unique) sur le mollet droit du personnage debout

Provenance : atelier de l'artiste

Bronze - Single artwork  - Iron cast « Barthélémy » - 2013 - 54 cm high

Signature « CHETBOUNE » and inscription PU (Pièce Unique) on the right calf of the standing figure

Origin : artist's studio


 Autres vues :




Le mot du marchand :

Denis Chetboune quoique travaillant un matériau et une technique autorisant les multiples ne produit le plus souvent que des pièces uniques. Ce parti pris tient dans l’originalité de sa démarche, laquelle ne respecte pas l’usage traditionnel des réalisations en bronze qui consiste à exécuter un plâtre ou une terre, puis à en tirer un moulage. A partir de ce moulage on peut alors constituer une cire, dont l’atelier de fonderie tirera un bronze dit «à cire perdue». Si la cire est perdue, le moulage initial, lui, ne l’est pas et permet donc de renouveler l’opération. D’où la production possible d’un certain nombre d’originaux identiques singularisés par leur numéro de rang : les multiples. Denis Chetboune, lui, travaille directement des cires issues d’une même matrice qu’il démembre et désosse avant de les fondre. Au sortir de la fonderie commence le travail d’assemblage des parties pour former l’ensemble. Les différents morceaux sont assemblés, réaménagés puis soudés les uns aux autres. Certains sont supprimés car ne présentant pas d’apport positif en regard des critères d’exigence de l’artiste. La non représentation de portions entières des corps réduit la dimension individuelle de chaque élément au profit d’une cohésion et d’une dynamique d’ensemble. Seuls les point d’appuis et les lignes descriptives du mouvement global sont pris en compte. L’obliquité souvent très prononcée «des parties en mouvement» suggère une subordination à une vitesse importante, condition obligatoire du maintien de l’équilibre. La pièce semble comme portée par un élan irrésistible dont l’origine et la destination ne dépend que de l’imaginaire de celui qui la regarde. La discontinuité des formes, quant à elle autorise le passage du regard et articule les différents volumes dans lesquels l’œuvre évolue. L’artiste nous donne ainsi à voir simultanément l’espace inscrit dans l’œuvre, c’est-à-dire délimité par la «peau» des personnages ou des objets, l’espace «extérieur» dans lequel elle s’inscrit. A l’élan porteur initial se superpose ainsi la représentation de sa trajectoire.

Word of the merchant :

Denis Chetboune although working a material and a technique allowing multiples mostly produces only unique pieces. This choice is linked to the originality of his method, which does not respect the traditional use of bronze works, which consists in making a plaster or a clay sculpture, then make a mould out of it. From this mould one can then establish a wax piece, from which the foundry workshop will make a bronze called «lost wax». If the wax is lost, the initial mould itself is not it and thus allows renewing the operation. Therefore the possible production of a number of identical originals singled out through their ranking number: the multiples. As for Denis Chetboune he works directly with waxes stemming from the same matrix that he dismembers and bones before melting them.. Once out of the foundry, assembling the parts to form the whole begins. The different fragments are assembled, reorganized then welded one to the other. Some are removed because not presenting any positive contribution in regard of the artist’s criteria of requirement. The non-representation of entire body parts reduces the individual dimension of every element to the benefit of the whole cohesion and dynamics. Only supporting points and the lines describing the global movement are taken into account. The often very pronounced obliqueness of the «parts in movement» suggests a subordination to an important speed, a compulsory condition to the preservation of balance. The piece seems carried away by an irresistible impetus of which the origin and the destination depend only on the imagination of the one who watches. As for the discontinuity of the forms, it allows the look to pass and articulates the different volumes in which the piece evolves. The artist thus lets us see simultaneously the space within the work, bounded by the «skin» of the characters or the objects, the «outside» space in which it stands, The initial carrying impetus is then overlapped by the representation of its trajectory.



 

Image d'un jour / Picture for a day

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.


 

  GALERIE ANNA-TSCHOPP

  197, rue Paradis

  13006 Marseille

  +33 (0)7 60 69 19 55

  atschopp197@gmail.com

 

 

  Heures d'ouverture

  Jeudi, Vendredi, Samedi

  de 11h00 à 19h00

  Tous les jours sur rendez-vous

  Opening hours

  Thusday, Friday, Saturday

  from 11:00 to 19:00

  Every day by appointment