Voix hors de portée



Dans notre précédente édition nous informions nos lecteurs que nous étions à la recherche de notre voix. Nous en avons trouvé deux qui nous convenaient parfaitement mais quand la société éditrice nous a annoncé leurs prix nous sommes restés sans. Il faut dire que les clients de l’éditeur propriétaire sont pour la plupart membres de Euronext. Autant dire des gens qui réalisent notre chiffre d’affaires annuel par seconde. La perception des besoins et les moyens pour y répondre n’étaient à l’évidence pas les nôtres. C’était malheureusement la seule société française du secteur. Toutes les autres sont anglosaxonnes, avec pour inconvénient majeur que si elles proposent un nombre incalculable de voix américaines et anglaises, agrémentées de nuances tonales aussi subtiles et variées qu’un accent du Bronx ou Cockney, en ce qui concerne la francophonie l’éventail ne va guère plus loin que deux ou trois possibilités avec pour variantes accent belge ou canadien. Mais nous étions tenus par le temps et voulions mettre en ligne notre premier compte rendu virtuel d’exposition avant qu’il ne devienne posthume. La procrastination n’étant plus possible nous nous sommes rabattus sur quelque chose qui, à défaut de nous emballer, nous paraissait convenable, du moins en ce qui concerne la voix féminine. Les accents toniques ne sont pas toujours exacts et nous avons parfois dû réécrire phonétiquement certains mots. En effet, Renée, notre voix féminine éprouvait quelques difficultés à prononcer correctement des phrases du type «je vis la vis». Ces petits détails nous ont rappelé que pour évident qu’il puisse paraître à un natif, le français est souvent compliqué pour qui n’y est pas tombé enfant. Nous avons aussi utilisé Gabriel à des buts de citations. Cette voix masculine de synthèse n’a hélas qu’un très lointain rapport avec celle de Johnny Hallyday. Son prénom nous avait pourtant laissé espérer. Nous ne pensons toutefois pas avoir trahi ceux que nous avons fait citer puisque nous n’avons fait que donner une voix à leurs écrits, sans rien modifier d'autre. Et dans le cas de Chateaubriand nous considérons même avoir été extrêmement fidèles puisque nous l’avons fait parler d’outre-tombe. Il est vrai aussi que pour des raisons littéraires il eut peut-être préféré que nous lui prêtions la voix de Renée. Il est virtuellement impossible de contenter tout le monde.



Expositions musicales



Les craintes que nous formulions il y a quelques temps sur la tenue du salon marseillais Art’O’Rama se sont réalisées et l’édition 2020 a été annulée. En effet même avec un microbe actuellement en perdition la fermeture des frontières demeure un handicap majeur pour une manifestation qui se veut internationale. Elle sera remplacée par le printemps de l’art contemporain qui lui avait été annulé en juin. Tout se passe comme si une sorte de glissement des plaques tectoniques mettait progressivement Marseille en hémisphère sud. Du coup nous avons aussi fait glisser nos expositions, mais moins loin. Nous présenterons notre rétrospective du travail de Jean-Jacques Surian, non plus fin août mais fin septembre. Une rétrospective large et complète allant d’une toile primée alors qu’il était aux Beaux-Arts jusqu’à une dernière commencée lors du confinement. A cette occasion nous publierons une nouvelle visite virtuelle de cette exposition, qui nous l'espérons devrait être améliorée en regard de celle que nos lecteurs ont déjà reçu ou vont recevoir prochainement. C’est en forgeant que l’on devient forgeron et nous produirons désormais pour chacune de nos expositions une visite virtuelle de celle-ci. Nous y pensions déjà depuis fort longtemps mais les temps de disette qui s’annoncent en termes de fréquentation locale des galeries nous obligent à forcer le pas en ce qui concerne notre basculement vers une visibilité numérique. C'est un pari mais pour nous la crise actuelle ne fait qu'accélérer une évolution irrésistible du commerce de détail. Le passage s'il est toujours un critère primordial s'effectue désormais plus derrière un écran que devant une vitrine. Avec pour avantage d'exister 24/24 et 7/7 quelle que soit la latitude.


Actuellement visibles à la galerie