Great expectations



Le début d’année est le moment de la prise des bonnes résolutions. Toutefois, peu, à l’instar de celles des écoliers en septembre, passeront le mois. Galerie Anna-Tschopp ne se soustrait pas à l’exercice et parmi ses vertueuses intentions a décidé cette année de doubler ses expositions. Doubler est ici un malapropisme puisqu’il s’agira en fait de diviser par deux les existantes. En effet nous profiterons des deux niveaux de la galerie pour scinder nos manifestations. Au lieu d’une exposition globale de deux mois, nous alternerons deux expositions, une par étage, de chacune deux mois mais à la mise en place décalée d’un mois. Deux mois est un délai que nous pensons suffisant pour que chacun ait le temps de s’y rendre et un nouvel accrochage par mois est un rythme qui devrait satisfaire également les fanatiques des rotations soutenues. Ce double accrochage nous permettra aussi de renouer avec ce que depuis longtemps nous ne faisions plus ou rarement : des expositions thématiques ou personnelles. Ces dernières se tiendront de préférence dans la partie «intime» de la galerie, c’est à dire le salon du bas ; ce qui laissera un rez-de-chaussée plus diversifié et par là même plus engageant pour un passant qui entrerait dans la galerie par simple curiosité. Bien sûr il y aura des exceptions, notamment pour les tableaux ou les sculptures qui ne peuvent passer la trémie de l’escalier et qui contraindront donc l’ensemble de l’exposition à séjourner au niveau de la rue. Dans nos projets figure également une reprise de communication sur les réseaux sociaux. Cela fait maintenant presque cinq ans que nous n’apparaissons plus sur «Facebook» ou «Instagram». Un fort doute quant à la pertinence d’un système érigé en doxa de la modernité conversationnelle avait en effet fortement altéré chez nous tout désir de poursuivre. Mais le regard méfiant porté par beaucoup sur une clandestinité sociale perçue comme suspecte nous incite à revoir notre position. Cependant entre intention et concrétisation existe un espace que nous ne sommes pas certains de pouvoir couvrir dans la durée. Ce que nous recevons en publications d’autrui nous interpelle généralement si peu que nous imaginons mal en quoi nous pourrions être différents. Et même à supposer que nous atteignions une certaine originalité en quoi cette dernière serait-elle gage d’attractivité dans un univers aussi formaté. Cependant point n’est besoin d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer. On peut parfois être surpris. Parallèlement pour nous rendre visible auprès d’un plus grand nombre nous allons probablement développer notre présence sur une plateforme française de vente en ligne sur laquelle nous agissons déjà mais de manière anonyme. Pourquoi française ? Parce que nous avons déjà fait une tentative américaine, sur LA plateforme que tous considèrent comme incontournable en la matière et qui, dans notre cas, nous a seulement rappelé que les cultures ne sont pas identiques et que vérité en deçà de l’Atlantique, erreur au delà. Nous nous concentrerons donc désormais sur un marché européen plus restreint mais qui correspond mieux aux œuvres et aux artistes que nous souhaitons présenter et défendre.



Actuellement visibles à la galerie




Vous pouvez retrouver les parutions antérieures de «Les Brèves d'Anna» ICI