Vitrine mise en place le 06/11/2021



Pierre Fava

 

« Flux de la souffrance »


Pierre Fava

OEuvres disponibles à la vente

A vendre - For sale



Pierre Fava

« Le flux de la souffrance »

Acrylique sur toile – 2006 – 162 x 130 cm

Signature, date et titre au dos

Provenance : atelier de l’artiste

Acrylic on canvas – 2006 – 162 x 130 cm

Signed, dated and titlec on the reverse

Origin : artist’s studio

Rubriques associées :


Informations connexes :

Autres vues :


Le mot du marchand

à propos de l'oeuvre : cette pièce est une des plus anciennes de Pierre Fava. A l’époque il se cherchait encore et travaillait dans plusieurs directions. Nous l’avions vue dans son atelier parmi d’autres dont celle qui allait initier sa série des «Virus». «Flux de la souffrance» se rapproche des «zip» de Barnett Newman quoiqu’on ne puisse considérer qu’elle s’en inspire puisqu’à l’époque Pierre Fava ignorait tout du peintre américain. Sur les trois quarts supérieurs de l’œuvre le support est réservé à l’aide de bandes de papier adhésif plus ou moins espacées. L’application de la couleur se fait alors avec une brosse dure qui repousse aléatoirement ces masques pour inscrire des formes aux bords incertains. Des bords qui ménagent ainsi des ouvertures et permettent à l’œil de s’enfoncer dans la toile, de pénétrer dans son paysage. L'artiste reprendra cette technique dans toutes ses séries jusqu'à celle des  «Monsieur F». Le quart inférieur, par le travail de la matière en une épaisseur dans laquelle la brosse marque ses sillons, préfigure quant à lui les séries «Dead line» et «High voltage». «Flux de la souffrance» œuvre des tout débuts de Pierre Fava annonce en une fois tout son futur ou presque. 

Word from the merchant

related to the work : this piece is one of the oldest by Pierre Fava. At the time he was still looking for himself and working in several directions. We had seen it in his studio among others, including the one who would initiate her series of "Virus". "Flux de la souffrance" is similar to Barnett Newman's "zips" although it cannot be considered to be inspired by them since at the time Pierre Fava was completely ignorant about the American painter. On the upper three-quarters of the work, the support is reserved using strips of adhesive paper more or less spaced. The color is then applied with a hard brush that randomly pushes these masks to inscribe shapes with uncertain edges. Edges which thus leave openings and allow the eye to sink into the work, to penetrate its landscape. The artist will use this technique in all his series up to that of “Monsieur F”. The lower quarter, by the work of the material in a thickness in which the brush marks its grooves, prefigures the “Dead line” and “High voltage” series. “Flux de la souffrance”, a work from the very beginnings of Pierre Fava, announces all of his future in a single try.