Hatem Akrout

 

« Henri M. »




Hatem Akrout

« Henri M »

Série « Portraits de Maîtres »

Technique mixte sur papier – 2021 – 65 x 50 cm

Signature et date au dos

Provenance : atelier de l’artiste.

Series « Portraits de Maîtres »

Mixed media on paper – 2021 – 65 x 50 cm

Signed and dated on the reverse

Origin : artist’st studio


Informations connexes :

Autres vues :


Le mot du marchand

à propos de la série : Si on considère que le principe du dessin est la mise en place de signes «conventionnels» à but de représenter une réalité, la difficulté majeure rencontrée par tout artiste est que le dessin s’affiche plan alors que la réalité s’exprime en volume. Le dessin requiert donc un apprentissage qui fera qu’à un signe «plat» correspondra une représentation mentale tridimensionnelle. On ne voit donc que ce que l’on connait et un dessin «ressemblant» n’est ni plus ni moins qu’un dessin qui respecte les conventions admises comme représentatives par celui qui le regarde. On peut considérer à ce sujet que la plupart des codes et conventions encore en usage aujourd’hui dans le dessin dit d’art ont été mis en place à la Renaissance. Parmi les plus fréquents sont la ligne de contour qui emprisonne les formes, la convergence des obliques vers un point unique pour simuler une profondeur, des hachures ou autres effets d’ombre pour traduire le volume et donner du «modelé». Pour admis et généralisés qu’ils soient on peut cependant présumer que ces biais sont épuisés, vidés par des artistes qui en cinq cents ans ont largement eu le temps de faire le tour de leurs possibilités. On peut donc raisonnablement étalonner l’originalité et la modernité du travail d’un artiste à sa capacité de remettre en question les codes existants et à la pertinence de ses tentatives de régénération ou de remplacement. Sachant qu’à terme seule l’Histoire décidera d’avaliser ou non ces tentatives. Dans la série « Portraits de Maîtres » Hatem Akrout participe de cette démarche en inversant ses moyens de description du fond et des formes. Il emploie la calligraphie et les figures mises en place depuis toujours dans son travail non plus comme éléments constitutifs d’un récit mais comme motifs esthétiques faisant apparaître en creux un visage, objet principal de l’œuvre. Tout n’est pas neuf de bout en bout, des conventions anciennes sont conservées pour ne pas trop égarer le regardeur. Mais l’approche est suffisamment personnelle pour être remarquée.

Word from the merchant

related to the series : if we consider the principle of drawing as being the setting up of «conventional» signs to represent a reality, the major difficulty encountered by any artist is that drawing is displayed plane while reality is expressed in volume. Drawing therefore requires learning that a «flat» sign will correspond to a three-dimensional mental representation. Therefore we only see what we know and a «resembling» drawing is neither more nor less than a drawing that respects the conventions accepted as representative by the one who looks at it. One can consider in this regard that most of the codes and conventions still in use today in the so-called art drawing were put in place in the Renaissance. Among the most common are the outline line that catches the shapes, the convergence of the obliques to a single point to simulate a depth, hatches or other shadow effects to translate the volume and give some «relief». As admitted and generalized as they can be, we however can assume that these means are exhausted, emptied by artists who in five hundred years have had plenty of time to explore their possibilities. One can therefore reasonably calibrate the originality and modernity of an artist’s work to his ability to question existing codes and to the relevance of his attempts at regeneration or replacement of them. Knowing that ultimately only History will decide whether or not to endorse these attempts. In the series «Portraits de Maîtres» Hatem Akrout participates in this approach by inverting his means of description of forms and background. He uses calligraphy and figures that have always been set up in his work, not as a story's constitutive elements, but as aesthetic motifs that make appear appear in counterpoint a face which is the main object of the work. Everything is not new from start to end, old conventions are kept so as not to mislead the viewer. But the approach is sufficiently personal to be noticed

OEuvres de la même série :



Référencement de l'oeuvre en rubriques :

Dessins

Peintures

Sculptures

Sculptures acier

Sculptures bronze

Sculptures matériaux divers

Sculptures pierre

 

OEuvres sur papier

OEuvres sur toile

OEuvres sur supports variés

 

OEuvres de premier rang

Extrêmement rares

Ensembles complets

 

Art abstrait

Art singulier

Chemins de traverses

Critique politique et sociale

Expressionnisme

Portraits et autoportraits

Très grands formats