Jean-Jacques Surian

 

« Le passage de la mer rouge »




Jean-Jacques Surian

« Le passage de la mer rouge »

Technique mixte sur toile – 1993 – 230 x 162 cm

Signature, titre et référence au dos

Provenance : atelier de l'artiste

Mixed media on canvas – 1993 – 260 x 162 cm

Signature, title and reference on the reverse

Origin : artist's studio


Informations connexes :

Autres vues  :


Le mot du marchand

à propos de l'oeuvre : dans la représentation graphique, qu’on l’appelle perspective, modelé ou trompe l’œil, le principe est toujours de produire des signes suffisamment cohérents pour que le regardeur puisse appréhender une réalité tridimensionnelle à partir d’une surface plane. Face aux difficultés de mise en place de ces signes la tentation peut être forte de les remplacer par l’introduction dans le dessin ou la peinture d’une réalité tangible constituée d’éléments en relief. C’est ce que propose Jean-Jacques Surian dans le diptyque « Le passage de la mer rouge », œuvre dans laquelle la partie basse, au graphisme simplifié et épuré, introduit des reliefs de monuments en opposition avec la représentation plus plane des activités humaines dans la partie haute. L’artiste, comme beaucoup d’autres, ne persistera cependant pas dans cette voie hybride et préférera par la suite scinder son travail en deux. Le dessin et la peinture d’une part, les céramiques en relief d’autre part. 

Word from the merchant

related to the work : in graphic representation, whether we call it perspective, relief or trompe l'oeil, the principle is always to produce sufficiently coherent signs so that the viewer can apprehend a three-dimensional reality from a flat surface. Facing the difficulties of putting these signs in place, there may be a strong temptation to replace them with the introduction into a drawing or a painting of a tangible reality made up of elements in relief. This is what Jean-Jacques Surian proposes in the diptych "Le passage de la mer rouge", a work in which the lower part, with simplified and refined graphics, introduces reliefs of monuments in opposition to the flatter representation of human activities. in the upper part. The artist, like many others, however, will not persist in this hybrid path and will subsequently prefer to split his work in two. Drawing and painting on the one hand, ceramics in relief on the other.