Michel Tyszblat

 

« Le cercle rouge »

Michel Tyszblat

« Le Cercle rouge »

Série « Ile des jouets et de l’enfance »

Technique mixte sur bois – 1969 – 81 x 100 cm

Signature en bas à droite

Provenance : personne privée

Series « Ile des jouets et de l’enfance »

Mixed media on wood - 1969 – 81 x 100 cm

Signed lower right

Origin : private owner


Informations connexes :

Autres vues  :


Le mot du marchand :

Beaucoup d’œuvres de Michel Tyszblat sont « Sans titre ». Galerie Anna-Tschopp a attribué à l'un de ceux-ci le titre d’un film de Jean-Pierre Melville : « Le cercle rouge ». Tout d’abord parce que les deux œuvres sont contemporaines, le tableau étant daté de 1969 et le film ayant été tourné début 1970. Ensuite et surtout parce que l’histoire du tableau se compare assez bien à la citation qui sert de prologue au film : « Quand les hommes, même s’ils s’ignorent, doivent se retrouver un jour, tout peut arriver à chacun d’entre eux, et ils peuvent suivre des chemins divergents ; au jour dit, inexorablement, ils seront réunis dans le cercle rouge. ». Au début de l’année 2020 Galerie Anna-Tschopp est contacté par une femme qui souhaite se séparer d’un tableau de Michel Tyszblat, lequel avait été donné par l’artiste à son père, critique de jazz de profession. Pour les amateurs, Michel Delorme, fut journaliste pour des hebdomadaires spécialisés comme « Jazz Hot » et « Jazz Magazine », rédacteur de texte pour des dos de pochettes de disques, ami de Chet Baker, John Coltrane, Miles Davis et de la plupart des musiciens américains des années 60/80. Michel Tyszblat, quant à lui était pianiste à ses heures et a joué dans plusieurs lieux parisiens dont, toujours pour ceux qui connaissent « Le Duc des Lombards ». Leur passion pour la musique les avait rapprochés et Michel Tyszblat avait offert un tableau à Michel Delorme. Quand nous sommes passés chez la venderesse pour acquérir celui-ci nous avons appris que la veuve de Michel Delorme, Arlette, était originaire d’Afrique du Nord et qu’elle avait fait ses études au lycée Delacroix d’Alger où l’une de ses bonnes amies se nommait Josette. Recoupements faits il s’est avéré que ladite Josette n’était autre que celle qui allait devenir Josette Tyszblat. Nous avons fourni les coordonnées de l’une à l’autre et les deux amies de jeunesse se sont donc retrouvées après plus de 60 ans de séparation. Après avoir lié les maris, « Le cercle rouge » réunissaient leurs deux épouses.

Word of the merchant :

Many of Michel Tyszblat's artworks are "Untitled". Galerie Anna-Tschopp allocated one of them the title of a movie by Jean-Pierre Melville: "Le cercle rouge". First of all because the two artworks are contemporary, the painting being dated 1969 and the film having been shot at the beginning of 1970. Then and above all because the history of the painting compares quite well with the quotation which serves as a prologue to the film : “When men, even if they ignore each other, must find themselves one day, anything can happen to each of them, and they can follow divergent paths; on the day said, inexorably, they will be brought together in the red circle. " At the beginning of 2020 Galerie Anna-Tschopp was contacted by a woman who wanted to part with a painting by Michel Tyszblat, which had been given by the artist to her father, a jazz critic by profession. For amateurs, Michel Delorme, was a journalist for specialized monthly magazines such as "Jazz Hot" and "Jazz Magazine", text editor for record covers, friend of Chet Baker, John Coltrane, Miles Davis and most of the American musicians of the 60s to 80s. Michel Tyszblat, meanwhile, was a pianist in his spare times and played in several Parisian places including, always for those who know "Le Duc des Lombards". Their passion for music had linked them together and Michel Tyszblat had offered a painting to Michel Delorme. When we went to the vendor to acquire it we learned that Michel Delorme's widow, Arlette, was from North Africa and that she had studied at the Delacroix high school in Algiers where one of her good friends were named Josette. Crosschecking done it turned out that this Josette was none other than the one who would become Josette Tyszblat. We provided adress and phone number of the one to the other, so the two youthful friends found themselves after more than 60 years of separation. After having linked the husbands, "Le cercle rouge" was reuniting their two wives.